Notre histoire

Fondée en 1916 dans les Hautes-Alpes sous le nom « d’œuvre des Pupilles de l’École Publique », l’œuvre de guerre à l’origine des PEP ADS suit une initiative nationale de Louis LIARD, alors vice-recteur de l’Académie de Paris, accompagné de nombreux universitaires et autres amis de l’école publique. Via une circulaire, celui-ci exhorte les enseignants et leurs élèves à se mobiliser dans toute la France en récoltant des fonds, afin de venir en aide aux enfants orphelins de la Première Guerre mondiale : ce sont les fameux « sous des pupilles ».

Le 18 mai 1917, les associations locales se rassemblent au niveau national pour donner naissance à la Fédération Générale des Associations Départementales des Pupilles de l’Enseignement Public. Celle-ci est déclarée dans le cadre de la loi de 1901, et est reconnue d’utilité publique par décret du 16 août 1919. Elle est identifiée comme complémentaire de l’école républicaine.

À partir des années 1920, les associations départementales vont peu à peu étendre leur accompagnement à tous les enfants et adolescents fréquentant ou ayant fréquenté les établissements publics et qui ont besoin d’une assistance matérielle ou morale, les pupilles de la Nation ayant grandi. Dans les faits, les structures départementales se transforment progressivement en des associations de loi 1901. Leur champ d’action se trouve alors élargi. Dans le département, en mars 1925, l’association de « l’œuvre des pupilles des Hautes-Alpes » devient « l’association départementale des pupilles de l’enseignement public des Hautes-Alpes » (ADPEP 05).

Dans les années 1950, l’ADPEP 05 s’investit dans le développement des colonies de vacances en accompagnant la politique d’envoi des enfants « vers la nature et l’air pur ». Ainsi en 1957, l’ADPEP 05 devient propriétaire d’un terrain situé sur la commune du Grau d’Agde, dans l’Hérault, sur lequel l’association bâtit un Centre de vacances : le centre « Le Cosse ».

De plus, l’activité des PEP à l’échelle nationale se développe en complémentarité avec l’école, mais aussi en faveur de l’enfance handicapée.

En 1965, le premier Institut Médico-Pédagogique départemental est ouvert à Savines-le-Lac. Le terrain et la somme nécessaire à la construction de l’établissement furent légués au département par M. et Mme Cluzel au décès de leur fils Jean, face aux difficultés qu’ils avaient rencontrées pour lui trouver un établissement adapté. La gestion de cet IMP, qui deviendra le centre Jean Cluzel, est alors confiée à l’ADPEP 05.

En 1971, le centre permanent de montagne s’ouvre à St Bonnet-en-Champsaur. Les PEP 05 favorisent le développement des classes de découvertes vers leurs centres mais aussi vers toutes les destinations du réseau national. Les séjours vacances et familles complèteront dès 1979 l’activité des centres.

Les PEP 05, fort de la confiance qui leur est faite dans le département, se voient confier en 1998, la gestion du CAMSP (entre d’action médico-sociale précoce) et du CMPP (centre médico-psychopédagogique).

Le secteur médico-social prend une part de plus en plus importante dans les actions de l’association, tandis que le domaine éducatif et loisirs voyait la fermeture du Centre permanent de montagne de St Bonnet en 2008. Le centre Jean Cluzel s’étoffe progressivement avec la mise en place d’un service d’éducation et de soins spécialisés à domicile (SESSAD), et d’un institut de réadaptation pédagogique (IRP), ancienne dénomination de l’actuel ITEP (institut thérapeutique, éducatif et pédagogique).

Les PEP 05 continuent leurs actions en faveur de la jeunesse. En 2010, ils sont chargés de coordonner la Maison départementale des Adolescents (MDA), qui se met en place dans les Hautes-Alpes comme dans l’ensemble des départements de France.

En 2009, l’association des PEP 04 est dissoute et les actions menées dans le département des Alpes-de-Haute-Provence cessent. C’est pourquoi en 2013, les PEP 05 deviennent les PEP Alpes du Sud en regroupant les départements des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence, afin que les actions de solidarités puissent perdurer et se développer dans ce département.

2011 marque une nouvelle étape, avec l’ouverture de la Maison d’accueil spécialisée (MAS) pour personnes handicapées vieillissantes, dans les locaux de l’hôpital d’Embrun. Avec la MAS, les PEP ADS élargissent leur champ d’action en faveur des adultes en situation de handicap. En 2014, la MAS emménage dans un bâtiment nouvellement construit, dans le quartier Saint-Surnin.

Aller au contenu principal